Accueil / Insolites / WIKILEAKS : La fuite orchestrée par un MEMBRE du parti démocrate

WIKILEAKS : La fuite orchestrée par un MEMBRE du parti démocrate

Alors que la Maison Blanche continue d’incriminer les pirates russes et Vladimir Poutine, un représentant de WikiLeaks et ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, Craig Murray, confirme avoir reçu les documents compromettant Hillary Clinton de la part… d’un démocrate dégoûté par l’activité du parti !

Les tentatives de saboter la présidentielle aux États-Unis, le référendum sur le Brexit, ou encore le piratage de la correspondance du Parti démocrate (perpétré par Poutine lui-même!)… telle est la longue liste des « forfaits » perpétrés par les terribles Russes aux yeux de l’Occident. N’en déplaise aux phobiques qui voient flotter partout la Main du Kremlin, un proche collaborateur de Julian Assange, Craig Murray, vient de vendre la mèche: les documents fuités du Parti démocrate provenaient de l’intérieur même de cette formation politique ! « Aucun des fuites ne provenaient de Russie. La source avait un accès légal à l’information. Les documents ont été obtenus par des fuites de l’intérieur, pas par des cyberattaques », a déclaré M. Murray dans une interview au Daily Mail.

Selon lui, la source au sein du Parti démocrate lui a remis les documents en mains propres à Washington. M. Murray a récupéré le paquet lors d’une réunion clandestine dans une zone boisée près de l’Université américaine, dans le Nord-ouest de la ville. La personne qu’il a rencontrée n’était pas celle qui a obtenu l’information, mais un intermédiaire, a précisé M. Murray. L’employé a ajouté que la source avait pris la décision de transférer ces informations à WikiLeaks à cause de la corruption régnant au sein de Fondation Clinton et de l’élimination de Bernie Sanders de la course présidentielle.

Plus tôt, le secrétaire américain à la Sécurité intérieure Jay Johnson a déclaré qu’aucune piste pointant une ingérence extérieure dans le processus de l’élection présidentielle américaine n’avait été décelée au cours de l’enquête. Rappelons que le gouvernement américain a, sans jamais fournir la moindre preuve, formellement accusé la Russie en octobre d’avoir conduit des attaques informatiques contre les organisations politiques américaines, notamment le Parti démocrate, avant l’élection du 8 novembre. Le président russe Vladimir Poutine a toutefois nié toute implication de la Russie, qualifiant toutes accusations de la part de Washington d’« hystérie électorale ».

About Diouf Babacar

Voir aussi

Un singe «KIDNAPPE» un nourrisson et le cloue au SOL

Share this on WhatsApp Hurlant, un primate s’est emparé d’un bambin avant de le clouer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…

bool(false)